Le pétrole augmente malgré la hausse de la production de l’OPEP + au milieu de la flambée du COVID en Inde – News 24

Les prix du pétrole ont légèrement augmenté mardi alors que l’OPEP, la Russie et leurs alliés ont convenu de s’en tenir à leurs plans visant à augmenter légèrement la production à partir du 1er mai, ce qui suggère qu’ils ne voient pas d’impact durable sur la demande de la crise des coronavirus en Inde.

L’OPEP +, comme le groupe de producteurs est connu, a également abandonné son projet de tenir une réunion ministérielle complète mercredi, ont indiqué des sources. Une réunion technique de lundi avait fait part de ses préoccupations concernant la flambée des cas de COVID-19, mais avait maintenu ses prévisions de demande de pétrole inchangées.

Le panel a décidé de s’en tenir aux politiques largement convenues lors d’une précédente réunion du 1er avril de l’OPEP +, a déclaré le vice-Premier ministre russe Alexander Novak après les pourparlers. Lire la suite

Le brut Brent a terminé la séance en hausse de 77 cents, ou 1,2%, à 66,42 $ le baril après avoir grimpé à un sommet de la session de 66,51 $. Le pétrole américain a gagné 1,03 $, ou 1,7%, pour s’établir à 62,94 $.

Les prix ont abandonné certains gains dans le commerce après la colonisation après que les stocks de brut américain ont augmenté d’environ 4,32 millions de barils la semaine dernière, ont indiqué des sources, citant des données de l’American Petroleum Institute. Lire la suite

L’OPEP + devait légèrement atténuer les réductions de la production pétrolière à partir du 1er mai, dans le cadre d’un plan convenu avant la flambée des coronavirus en Inde.

L’Inde, troisième importateur mondial de brut, a enregistré une augmentation quotidienne de plus de 300 000 caisses pendant plusieurs jours. Il a également signalé un total de près de 200 000 décès. Lire la suite

“La possibilité que l’augmentation de la production de l’OPEP + puisse se croiser avec l’affaiblissement de la demande de pétrole asiatique suggère une fin possible à la réduction de l’excédent de l’offre mondiale de pétrole qui a soutenu le complexe au cours de l’année écoulée”, a déclaré Jim Ritterbusch, président de Ritterbusch and Associates.

Les réductions record de l’offre de l’OPEP + l’an dernier ont contribué à une reprise des prix par rapport à des creux historiques. La plupart des freins sont toujours en place, même après le plan de légère augmentation de la production à partir de mai.

«Avec seulement une augmentation modeste de la production en dehors de l’OPEP +, et l’OPEP + poursuivant une approche prudente, nous prévoyons que le marché pétrolier sera sous-approvisionné de 1,5 million de barils par jour cette année et que le Brent atteindra 75 dollars le baril au second semestre de cette année, “, A déclaré Giovanni Staunovo, analyste d’UBS GWM.

Dans un autre développement qui pourrait éventuellement ajouter de l’approvisionnement au marché, les pourparlers à Vienne visant à relancer l’accord nucléaire iranien de 2015 devaient reprendre mardi. Lire la suite

Nos normes: Les principes de confiance de Thomson Reuters.